C’est l’une des nombreuses questions que se pose, après 40 ans d’expérience, un ex-responsable de coopérative forestière, Bernard Palluet, dans une analyse sans concession de la forêt de Millevaches.